Aller au contenu

Les enjeux de la logistique urbaine pour la chaîne logistique

Depuis quelques années maintenant, la logistique du dernier kilomètre connaît une forte croissance. Plusieurs facteurs expliquent assez facilement ce phénomène. Parmi eux, l’essor du e-commerce et de la livraison à domicile, tous deux justifiés par le vieillissement de la population, la baisse du taux de motorisation pour les ménages en zone urbaine, les distances parfois importantes ou les itinéraires compliqués pour rejoindre les hypermarchés et l’important taux de pénétration d’internet dans les foyers.

Cela étant, la logistique urbaine ne se limite pas aux particuliers, elle concerne l’ensemble des acteurs économiques et sociaux : chargeurs, transporteurs, logisticiens, commerçants, riverains, mais aussi collectivités territoriales.

Dans cet article de blog, nous allons découvrir en quoi consiste la logistique urbaine, quels sont les enjeux auxquels elle doit faire face, mais aussi les solutions envisagées pour la rendre plus durable.

Définition : Qu’est-ce-que la logistique urbaine ?

flux logistiques urbains

La logistique urbaine comprend l’ensemble des actions liées aux différents flux de marchandises présents dans une ville. Il s’agit autant des flux entrants et sortants que des flux de marchandises circulant au sein même de la ville. De ce fait, il faut entendre la logistique urbaine comme étant le dernier maillon d’une chaîne logistique globale entre l’expéditeur et le destinataire (qu’il s’agisse d’entreprises ou de particuliers). Elle doit être pilotée en intégrant l’ensemble des opérations inhérentes à la logistique à savoir : le transport de marchandises, le stockage, le conditionnement, la gestion des commandes, des livraisons, des retours (logistique inversée), mais aussi des déchets.

Même s’il intervient en bout de chaîne, le maillon urbain représente près d’un tiers du coût logistique total de l’acheminement d’une marchandise, et ce, même si cette marchandise a pu parcourir des milliers de kilomètres avant d’arriver.

Évidemment, la ville est un lieu majeur d’échanges et de consommation : commerces, industries, administrations, cantines, hôpitaux, chantiers, particuliers, tous les acteurs économiques sont concernés de près ou de loin par la logistique urbaine. Cette dernière a donc une part prépondérante dans la dynamique économique et la vie sociale d’une ville.

Cependant, malgré cela et la mise en lumière qu’elle a pu connaître pendant la crise sanitaire liée au Covid-19, la logistique urbaine a encore du mal aujourd’hui à être considérée de manière positive en raison notamment, des impacts négatifs environnementaux qu’elle peut avoir.

Quels sont les enjeux de la logistique urbaine ?

On l’a vu, la logistique urbaine est indispensable au bon fonctionnement d’une ville. L’essor du e-commerce et donc des livraisons au dernier kilomètre ne font d’ailleurs que confirmer cela.

Toutefois, il s’avère que la logistique urbaine est aussi devenue un enjeu majeur pour un grand nombre d’agglomérations ainsi que le gouvernement, d’un point de vue environnemental, social et économique.

En effet, émissions de gaz à effet de serre et polluants atmosphériques (NOx et particules fines), nuisances sonores et visuelles, embouteillages… l’un des principaux enjeux de la logistique urbaine est de parvenir à réduire les impacts environnementaux liés à la circulation des véhicules de livraison en milieu urbain.

Par ailleurs, en ayant un impact sur la qualité de vie des citadins pour les raisons mentionnées dans le paragraphe ci-dessus, l’enjeu environnemental de la logistique urbaine est étroitement lié au deuxième enjeu : le social. Et, toujours sur le plan social, la logistique urbaine participe de manière considérable à répondre aux besoins de consommation des habitants. Sans elle, pas de marchandise, pas de livraison et dans un monde où tout s’accélère, la logistique urbaine doit s’adapter en apportant des solutions de livraison à tout instant (24h/24 et 7J/7) et toujours plus rapide.

Enfin, le troisième enjeu identifié pour la logistique urbaine est un enjeu économique. On l’a vu plus tôt, lorsqu’on analyse le coût d’un transport de marchandises, la livraison du dernier kilomètre représente un tiers du coût total. Cela a donc évidemment une incidence financière pour l’ensemble des acteurs liés à la logistique urbaine (entreprises de e-commerce, commerces de proximité, villes…). La gestion efficace des flux de marchandises dans les zones urbaines peut avoir un impact significatif sur la rentabilité des entreprises. De ce fait, une ville en mesure de proposer des solutions efficaces en matière de logistique urbaine sera plus compétitive pour attirer des entreprises à s’installer. En ce sens, la logistique urbaine joue donc un rôle pour stimuler la croissance économique et la création d’emplois.

logistique urbaine

Quels sont les projets d’innovations et les solutions pour une logistique urbaine plus durable ?

Devoir s’adapter aux nouveaux modes de consommation (e-commerce), faire face à la raréfaction du foncier dans les zones les plus denses, prendre part à l’amélioration de la qualité de vie urbaine et à la réduction de l’impact environnemental sont autant de défis à relever pour la logistique urbaine.

Pour autant, étant indispensable au bon fonctionnement d’une ville, il semble assez pertinent de dire que l’ensemble des acteurs doit travailler conjointement pour trouver des solutions efficaces afin de structurer la logistique urbaine de manière durable.

Pour cela, il existe 4 axes stratégiques à développer : la typologie des véhicules de livraison, la mutualisation des flux de transport, le foncier logistique et le développement des zones de livraison.

Véhicule pour livraison en milieu urbain

Pour répondre au défi lié à la réduction des émissions de gaz à effet de serre, plusieurs pistes sont d’ores et déjà en place ou du moins à l’étude en fonction des villes. Parmi ces mesures on peut notamment citer la mise en place des ZFE-M (Zone à faibles émissions) dans 11 agglomérations à ce jour et 42 d’ici le 31 décembre 2024. De plus, d’ici 2025, seuls les véhicules dotés d’une vignette Crit’Air 1 ou 2 ou verte seront autorisés à circuler dans ces agglomérations. Pour les mêmes raisons, de nombreuses villes ont également mis en place des réglementations sur les horaires de livraison et déterminé des zones précises dédiées à la livraison. L’objectif étant ainsi de limiter les nuisances sonores et la pollution atmosphérique. Dans ce contexte, il est clair que les prestataires logistiques et transporteurs vont devoir renouveler leur parc et s’orienter vers des véhicules propres ou parfois même vers des solutions alternatives telles que les livraisons en vélos cargos.

Parmi les leviers d’amélioration pour une logistique urbaine plus durable, la mutualisation semble être une solution pertinente et cette dernière ne se limite pas aux véhicules, elle peut aussi concerner des aires de livraison, des plateformes de groupage/dégroupage pour des opérations de cross-docking.

Si l’on prend l’exemple du cross docking, cette technique consiste par définition à faire passer les marchandises depuis le quai de déchargement vers le quai d’expédition où ils sont identifiés et triés pour être consolidés par commande afin de les distribuer directement aux clients selon des itinéraires de transport optimum. Cette optimisation des tournées par la massification permet donc de réduire le nombre de véhicules, d’augmenter le taux de remplissage et de partager les coûts.

Parmi les problématiques rencontrées par la logistique urbaine, on peut également citer la raréfaction du foncier dans l’immobilier logistique, qui entraîne des coûts excessifs et amène les acteurs de la Supply Chain à s’éloigner des centres-villes. Cela a pour conséquence d’augmenter le nombre de kilomètres à parcourir et les émissions de gaz à effet de serre pour livrer les destinataires finaux.

Face à ce constat, il semble pertinent de réfléchir à de nouveaux modes de stockage pour les zones urbaines. En ce sens, on voit notamment fleurir les hub urbains qui ne sont autres que des petits espaces de stockage situés en ville au plus proche des consommateurs. On peut également citer les hôtels logistiques dans lesquels sont groupés les flux de plusieurs donneurs d’ordres sur une structure multimodale commune. Ils mutualisent ainsi les flottes de véhicules, les hubs de messagerie, les plateformes de cross-docking et même le personnel. Générant ainsi des économies leur permettant de se rapprocher des centres-villes.

L’espace étant limité dans les zones urbaines, la circulation des camions de livraison peut-être parfois difficile, voire interdite. C’est ainsi qu’il existe des aires de livraison. Ces dernières permettent au livreur de stationner de manière temporaire pour décharger son camion sans pour autant gêner la circulation des autres véhicules. Malheureusement, ces aires de stationnement ne sont pas nécessairement toujours bien développées dans les différentes villes. De plus, bien que réservées à un usage spécifique, elles sont souvent occupées par des véhicules particuliers, obligeant le livreur à stationner en double file et gêner la circulation.

80% des livraisons sont d’ailleurs réalisées en stationnement illicite, ce qui a pour conséquence de nuire à l’image de la logistique urbaine. Pour répondre à cette problématique, des solutions sont examinées pour dissuader l’utilisation abusive par les voitures particulières. L’idée par exemple est de s’orienter vers une gestion mutualisée des aires de livraison, basée sur un système de réservation dynamique exclusif aux véhicules de livraison.

Quelles sont les actions menées par les acteurs de la logistique urbaine en France ?

De nombreux travaux ont ou sont menés par les différentes parties prenantes pour trouver des solutions efficaces afin de structurer la logistique urbaine de manière durable. Parmi ces travaux, on peut noter citer les suivants :

Cela a démarré en 2015 avec la signature par 14 organismes issus du public et du privé, d’un cadre national pour les chartes de logistique urbaine durable. L’objectif étant d’améliorer les livraisons du dernier kilomètre en tenant compte de la transition énergétique et écologique le tout, en contribuant au développement économique et social. Ce cadre national pour les chartes de logistique urbaine prévoit notamment une concertation entre les différentes parties prenantes : collectivités territoriales, acteurs économiques et sociaux (chargeurs, transporteurs, logisticiens, commerçants, riverains) et repose sur la signature de chartes locales d’engagements volontaires et d’actions pour la logistique urbaine.

Programme InterLUD

En 2020, le ministère des Transports retient et finance à hauteur de 8,1 M€ le programme Innovations Territoriales en Logistique Urbaine appelé InTerLUD. Ce programme a pour objectif de créer un cadre de dialogue entre les différentes parties prenantes du public et du privé afin de déployer des chartes de logistique urbaine à travers 50 communautés d’agglomération mais aussi de sensibiliser l’ensemble des acteurs sur les enjeux liés à la logistique urbaine.

En lien avec la loi d’orientation des mobilités, la démarche France mobilités a pour objectif de soutenir l’expérimentation, le développement et la diffusion de solutions innovantes sur l’ensemble du territoire en vue d’une amélioration durable de la mobilité du quotidien et du dernier kilomètre.

Par groupes de travail, tous les acteurs de la mobilité peuvent proposer leurs idées, à la seule condition qu’elles soient respectueuses de l’environnement et accessibles de tous. Ainsi, en 2021 pas moins de 50 solutions innovantes pour la logistique urbaine et 18 expérimentations ont été soutenues par France mobilités.

Missionnés par le Gouvernement pour mener une analyse et une réflexion sur le développement de la logistique urbaine durable, Jean-Jacques Bolzan, adjoint au maire de Toulouse et président de la Fédération des marchés de gros de France, Anne-Marie Idrac, présidente de France Logistique et Anne-Marie Jean, vice-présidente de l’Eurométropole de Strasbourg ont remis les résultats de leurs travaux au CILOG (Comité interministériel de la logistique). Ce rapport de la mission LUD comprend une liste de recommandations permettant de répondre aux enjeux de la logistique urbaine actuelle. Ces recommandations concernent pour la plupart, le gouvernement et les collectivités.

À travers ces différentes actions et projets d’innovations, on le voit, tous les acteurs sont mobilisés pour trouver des solutions efficaces aux nombreux défis d’aujourd’hui et de demain liés à la logistique urbaine. Bien sûr,  ils ont tous un objectif commun, celui d’établir une logistique urbaine durable.